Ce Qu'il Faut Savoir

 

   Qu'est-ce que sont les règles ?

Tout d’abord, je vais te rappeler ce que sont les règles, aussi nommées menstruations. Nous appelons les règles, le sang qui s'écoule chaque mois par le vagin. Cet écoulement de sang provient de l’endomètre, une muqueuse qui recouvre l'intérieur de ton utérus. Il s'épaissit et devient vascularisé pour favoriser la nidation de l'embryon. Puis, il se détache de celui-ci lorsqu’il n’y a pas eu une fécondation de l’ovule. En effet, 14 jours plus tôt, un ovule a été produit par un ovaire et éjecté dans une des deux trompes de Fallope lors de l’ovulation. Si l'ovule n'est pas fécondé par un spermatozoïde, il n'y a pas de grossesse et l'endomètre ne sert plus à rien. Enfin, les menstruations peuvent être douloureuses car ce sont les muscles de l’utérus qui font évacuer cette muqueuse utérine en se contractant.

utérus.jpg
 

   L'endométriose, c'est quoi ?

L’endométriose est une maladie qui touche uniquement les personnes qui ont un utérus et leurs règles. En effet, elle se développe à partir d’un amas de tissus endométriaux qui migrent progressivement en dehors de l’endomètre et qui s’implantent dans différents organes comme les ovaires, l’intestin ou la vessie. La migration de ces tissus n'est pas normale, et les médecins ne savent pas encore très bien à quoi elle est due. Et chaque mois, sous l’influence du cycle hormonal, ils se gorgent de sang puis saignent. Mais à l’inverse de s’écouler normalement par le vagin, le sang reste dans la cavité abdominale en provoquant des inflammations dans les tissus qui sont à proximité. Ensuite, lorsqu’ils cicatrisent, ils peuvent provoquer des adhérences, c'est-à-dire des tissus ou des organes qui sont reliés alors qu’ils ne le devraient pas.

endometriose-shema_edited.jpg
 

   Quand dois-tu commencer à t'inquiéter ?

Comme je l’ai dit avant, cela est tout à fait normal d’avoir mal pendant ses règles. Cependant, il y a certains signes qui peuvent être associés à un début d'endométriose. Parmi ceux-ci, il y a le fait:

  • de ne plus pouvoir se lever

  • de tomber dans les pommes

  • de devoir rater les cours

  • de toujours souffrir autant malgré les médicaments d'anti-douleurs à base d’ibuprofène                                        (algifor, etc...) et de paracétamol (dafalgan, etc…)

  • d’avoir des saignements irréguliers

  • d'avoir des saignements très abondants

  • d'avoir des douleurs lors des rapports sexuels

  • d'avoir des douleurs urinaires ou des défections

  • d'avoir des douleurs pendant l'insertion d'un tampon

 

   Quels sont les risques si tu ne fais rien ?

Si tu te retrouves dans certaines ou dans toutes ces situations il se peut que tu ais de l’endométriose. Mais, si tu tardes à aller consulter et à te faire diagnostiquer, cela risque d’aggraver la maladie. En effet, l’endométriose va continuer à se développer et ne s'arrêtera qu'à la ménopause. Les amas de tissus endométriaux vont donc continuer à migrer en dehors de l’utérus et à s’implanter dans les autres organes. Ainsi les douleurs et les adhérences vont augmenter, provoquant d'avantage de lésions, et tu risques d'avoir des problèmes de fécondité dû aux adhérences au niveau des trompes de Fallope et des ovaires qui gêneront la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde. Par ailleurs, tu as plus de chance d'avoir l'endométriose si tu as eu tes premières règles avant tes 12 ans ou si tu as une personne de ta famille proche qui en est atteinte.

 

   Quels sont les traitements possibles ?

Il n'existe à ce jour aucun traitement définitif contre l'endométriose. Par contre, il est possible de faire réduire les douleurs et même de stopper la progression de la maladie. Pour cela, plusieurs options sont proposées, comme les antidouleurs, le traitement hormonal ou encore les médecines alternatives. Attention, ce ne sont que des propositions et il va de soit qu'il faut aller consulter pour avoir un traitement adapté à vous !

   Quels sont les traitements possibles ?

Il n'existe à ce jour aucun traitement définitif contre l'endométriose. Par contre, il est possible de faire réduire les douleurs et même de stopper la progression de la maladie. Pour cela, plusieurs options sont proposées, comme les antidouleurs, le traitement hormonal ou encore les médecines alternatives. Attention, ce ne sont que des propositions et il va de soi qu'il faut aller consulter pour avoir un traitement adapté à toi !

 

TÉMOIGNAGES

Voici le témoignage d'une femme de 47 ans qui a souffert de ses 14 ans à ses 35 ans d'endométriose. Il a fallu 21 ans pour qu'elle soit diagnostiquée et prise en charge par les médecins.

À partir de quel âge as-tu eu des règles vraiment douloureuses ?

J’ai eu mes premières règles en 1ère année du collège et peu de temps après, les fortes douleurs sont apparues et elles se sont accentuées quand j’avais 19 et 20 ans.

 

Qu’est-ce que tu as eu comme symptômes ?

J’avais des douleurs très violentes avant et pendant les règles au niveau du bas ventre, jusqu'à en vomir. Je ne pouvais même plus bouger tellement j’avais mal.

 

Est-ce que tu as continué à aller à l’école malgré tes règles douloureuses ?

Oui, pendant tout mon collège, je suis toujours allée à l'école même quand j’avais des douleurs. Par contre, j’ai dû rater des cours quand j’étais à l'université car les douleurs étaient trop fortes et je tombais dans les pommes.

 

Est-ce que les douleurs violentes étaient présentes à chaque cycle ?

Non, je n’avais pas tout le temps mal. Cela dépendait du cycle, mais je ne savais pas à l’avance si j’allais avoir des douleurs ou non.

 

Avant de te faire diagnostiquer, est-ce que tu as pris des médicaments quand tu avais mal au ventre ?

Non, je n’en ai jamais pris, je n'utilisais qu’une bouillotte.

 

Pendant tes règles douloureuses, est-ce qu’il y avait de l’incompréhension de la part de ton entourage ou au contraire celui-ci te soutenait-t-il ?

Non, il ne comprenait pas ce que j’avais et pourquoi je réagissais ainsi. Pour eux, j’étais juste sensible et celle qui a toujours mal. Et puis moi je pensais que c’était normal et que c’était comme ça chez toutes les femmes puisque personne ne connaissait cette maladie à l’époque.

 

À quel moment t’a-t-on diagnostiqué l’endométriose ?

Un jour dans la rue, j’avais tellement mal au ventre que mon mari a dû appeler le Samu pour m’emmener aux urgences. Et c’est là où un urgentiste m’a dit que j’avais une endométriose et que je n’aurai jamais d’enfants. J’avais 25 ans.

 

Qu’est ce que tu as fait à ce moment-là ?

Je n’ai rien fait au début, puis je suis allée voir mon gynécologue qui a ri et qui m’a dit que je n’en avais pas. Donc, celui-ci m’a prescrit la pilule pour réduire mes symptômes. Néanmoins, cela n’était pas suffisant. Et puis, j’ai voulu fonder une famille. J’étais inquiète pour mon premier enfant car j’ai mis 2 ans avant de tomber enceinte. Cependant, pour mon deuxième et troisième enfant, je n’ai pas eu de problèmes. Mais malheureusement, après le troisième, les douleurs sont revenues et là, un médecin m’a conseillé d’aller voir une gynécologue qui était une spécialiste de cette maladie.
 

Quels sont les traitements qui t’ont été proposés ?

On m’a fait une prise de sang, mais le résultat n’était pas très fiable donc on m’a proposé la chirurgie. J’ai accepté et les médecins ont découvert que l’endométriose était partout dans mon ventre et donc qu’il ne restait plus grand chose à faire à part m’enlever tous les foyers d’endométriose. Et c’est ce qu’ils ont fait. 

 

Après la chirurgie, est-ce que la maladie est revenue ?

Non, elle n'est jamais revenue mais j’ai senti une lourdeur pendant quelque temps et maintenant, je ne ressens plus rien.

Anonyme, 47 ans.